DENTS CREUSES II | 2019
Les journées Européennes du patrimoines
retour à l'actu | back to actuality

 

DENTS CREUSES | 2018
"Les dents creuses"
Pour les Journées Européennes du Patrimoine, Echangeur22 a invité, sur une proposition d’Alain Léonési (artiste et enseignant à l’école supérieure d’art d’Avignon) pas moins de 9 artistes à investir et requalifier ce que l’on appelle les « dents creuses » du village : ces par-celles non bâties, abandonnées et vides d’usage.
C’est dans une authentique « dent creuse » urbaine que Gilles Bingisser, bibliothécaire et enseignant aux beaux-arts de Sète, a planté le décor de son installation. Son œuvre littéraire, poétique et visuelle « Nous, 12 banderoles, 14 pancartes, 500 flyers, tapis, coussins » inter-roge l’art d’habiter le vide, en une occupation sentimentale et poétique du sol.
Un peu plus loin, au pied de la Tour Jacques de Leuze Anne Leigniel et Alice Cuenot, sont venues poser avec légèreté leurs gestes créatifs. Anne traçait inlassablement des lignes aé-riennes manipulant en actions/performances ses bâches dessins. Alors que seuls les plus at-tentifs auront remarqué entre les pierres de la tour, de minuscules fragments de mousse bleue que l’Artiste Alice Cuenot a déposé à l’instar de l’oiseau le jardinier satiné. En effet, la jeune artiste est venue dresser son nid à St Laurent sur ses murs et dans son fossé, évoquant cet oiseau victime de l’urbanisation qui faute de trouver des fleurs bleues pour sa parade nuptiale, ramasse les débris déchets bleus pour en construire sa nichée. Le nid bleu, BLEU CREU (objets divers) a fait réagir les habitants. En réponse l’artiste leur a offert des graines, des graines de fleurs bleues à planter dans nos villes.
C’est dans l’ensemble des rues du village que karine Debouzie est venue réactiver un geste commencé en Juillet 2017. Ce dessin au vernis, "Si je suis les rues, je vais me perdre ». En effet, L’artiste est partie du précédent tracé pour réaliser une nouvelle expérimentation, en latex cette fois. Prélevant ainsi une empreinte de l’infime territoire sur lequel s’est déroulé son trajet, en fragments dont les possibilités en volumes restent à explorer.
Alain Léonési, avec « fontaine et fontainiers » est venu réveiller notre lavoir, qui faute d’eau, faute de lavandière et faute de mémoire s’ennuyait tant. C’est en un dispositif qui nécessite la présence permanente du « fontainier » que l’artiste tend une ligne entre l’usage et l’usager, entre le vide et le plein, une ligne en permanente tension, celle du dessi(e)n.
Le dessin qui ranime un lieu, c’est aussi la démarche de l’artiste Flavie L.T. qui propose un nouveau point de vue aux arènes du village par un jeu subtil de mise en espace de trois af-fiches « O fond » ouvrant une autre perspective à cet espace qui par son obsolescence en était privé. Florence Mirol, explorait ici la vacuité des espaces d’urbain avec « Crash » une installation en entrée de village. Son pliage géant composé des lourdes strates d’affiches rentrait en écho avec ses interventions sur les panneaux d’affichages municipaux « Continent déçu » ou en-core "Sac en pierres". La composition des 25 photos séquences, prises sur le parvis de notre église, d’un sac en papier (Mc Do.) Piégés dans les vents tournants entre les deux monu-ments historiques du centre du village qui se vide d’année en année de ses commerces parle d’elle-même.
C’est dans la pénombre que M.c. de Beyssac est allé chercher le creux, dans sa « pierre » grand fusain à même le mur ou encore dans les paysages nocturnes urbains surexposés aux éclairages urbains « 0h45, rue de la Calade » (fusains sur papier, panneaux municipale route de Lirac).
Alain Ubaldi, quant à lui auteur et metteur en scène, nous invitait à un face à face entre œuvre écrite et œuvre visuelle, la sienne en un texte écrit lors de son séjour à E22 « Meta-morphosis » et « 0.04 » installation de l’artiste Yasuhiro Chida (Juillet 2018).
Pour finir et en résonnance avec la quinzaine d’œuvres visibles pendant ces 2 journées, les artistes ont pu détourner les messages du panneau numérique municipal face à la mairie, intervention sous formes des courts textes poétiques et surprenants.
Echangeur22, doit tout le succès de l’événement à l’engagement et la confiance de la mairie et l’équipe communale faisant l’admiration des artistes venus parfois de loin. Toute l’équipe des artistes et d’Echangeur22 remercie du fond du cœur les visiteurs et St Laurent des Arbres pour son accueil.

artistes :
Alain LEONESI
Gilles BINGISSER
Mc de BEYSSAC
Alain Ubaldi
Florence Mirol
Karine Debouzie
Anne Leigniel
Flavie L.t.
Alice Cuenot
+ ici